Archives (Français)

La mise aux enchères d’un buste de Toutankhamon provoque la fureur du Caire

Title: La mise aux enchères d’un buste de Toutankhamon provoque la fureur du Caire
Media Outlet: Le Monde avec AFP
Publish Date: July 1, 2019

“Un portrait sculpté du jeune pharaon Toutankhamon est mis aux enchères, jeudi 4 juillet, à Londres, malgré l’opposition du Caire, qui a réclamé en vain l’annulation de la vente et la restitution de l’œuvre à l’Egypte.”

Les mots de l’esclavage : une vigilance nécessaire

Title: Les mots de l’esclavage : une vigilance nécessaire
Media Outlet: Libération
Publish Date: June 27, 2019

“A l’heure où le débat sur la restitution des œuvres d’art est ouvert, d’autres questions urgentes se posent dans les musées de France et d’Europe : celles de la présentation et de la contextualisation des objets et des œuvres liés à l’histoire de l’esclavage et à celle de la colonisation. Avec l’appui des recherches en sciences humaines et sociales, certains objets ne sont plus considérés du point de vue de leur utilisation en Europe mais sont réinterprétés en fonction de circuits globaux au sein desquels circulent des produits coloniaux tirés de sociétés esclavagistes. (…) Le souci de nommer, de retracer les biographies de ces modèles, parfois par bribes, est symptomatique de l’interrogation actuelle sur les rapports de pouvoir et de domination, sur la violence, sur les représentations induites par les mots qui désignent les individus, leurs actions, leurs fonctions.”

Tervuren : du musée empaillé au musée des illusions

Title: Tervuren : du musée empaillé au musée des illusions
Author: Toma Muteba Luntumbue
Media Outlet: IEB
Publish Date: June 18, 2019

“Le processus de décolonisation annoncé à la faveur de la refonte du discours public et de la muséologie du Musée royal d’Afrique centrale de Tervuren (MRAC) devait passer par un dialogue avec la diaspora africaine. Mais la confrontation entre les experts issus des communautés africaines et les instances de l’ancien Musée colonial a révélé de profonds antagonismes idéologiques.”

Quels actes concrets dans la restitution des œuvres d’art à l’Afrique ?

Title: Quels actes concrets dans la restitution des œuvres d’art à l’Afrique ?
Author: Sabine Cessou
Media Outlet: RFI
Publish Date: April 28, 2019

“Alors que l’Allemagne et les Pays-Bas affichent une longueur d’avance, en s’organisant pour restituer des pièces – parfois sans conditions –, à Londres et Bruxelles, la question prête à débats. Faut-il des restitutions temporaires, des prêts aux musées africains, digitaliser les archives, ouvrir les inventaires des musées d’Europe pour que les musées africains y voient plus clair dans leur propre patrimoine ? En attendant la conférence prévue à Paris pour 2019 entre les acteurs concernés, des actes concrets commencent à être posés.”

«Prête-moi ton rêve»: Quand l’art africain rentre à la maison

Title: «Prête-moi ton rêve»: Quand l’art africain rentre à la maison
Author: Amine Boushaba
Media Outlet: L’economiste.com
Publish Date: April 19, 2019

“Or ces évènements, s’ils ont eu le mérite de mettre sur le devant de la scène des artistes, dont certains aujourd’hui sont de renommée mondiale, ont été organisés par et pour des publics occidentaux. « Des expositions qui n’ont jamais été montrées en Afrique. Il faut aider cette mémoire africaine, flottante, fantôme, à rentrer à la maison! », s’insurge Yacouba Konaté, entre autres membre du Conseil scientifique de l’Académie des Sciences, de la Culture et des Arts d’Afrique et des Diasporas.”

Restitution du patrimoine africain : appel pour un processus dé-colonial

Title: Restitution du patrimoine africain : appel pour un processus dé-colonial
Authors: Collectif
Media Outlet: Le Vif
Publish Date: April 10, 2019

Version complète du texte sur : www.bamko.org

“ (…) 5) Le cas du crâne de Lusinga et des statuettes Tabwa pillées par Emile Storms à la fin du XIXe siècle et réclamées à Lubumbashi par la communauté Tabwa (cf. demande d'un groupe d'intellectuels académique affiliés aux institutions universitaires de Lubumbashi) ainsi que du fétiche Nkisi Nkonde réclamé par Baku Kipta Alphonse, un des héritiers des rois de Boma, pourraient servir de premières actions concrètes à partir desquelles établir un modus operandi. Il importe d'impliquer les ayants droits dans le processus de restitution avec une voix décisionnaire.

6) L'action concrète de restituer comme résultat d'un processus participatif doit se traduire par une restitution des titres de propriété. C'est la seule façon de rompre avec une politique de non-restitution mise en place par la Belgique depuis au moins les années 1930 et plus spécifiquement à partir de 1960 qui se manifeste par les "prêts à long terme", la digitalisation des archives numériques (avant 1960 on parlait du moulage de certaines pièces) ainsi que par la coopération technique.”

Alain Godonou : « Il faut une convention internationale pour restituer l’art africain »

Title: Alain Godonou : « Il faut une convention internationale pour restituer l’art africain »
Author: Thierry Cruvellier
Media Outlet: Justiceinfo.net
Publish Date: March 15, 2019

“(…) l faut que cela devienne un débat international et que cela fasse l’objet, peut-être, d’une convention internationale, pour que tous les pays aient un cadre de référence qui gère ce type de questions. Je me réfère à une convention qui parle de la circulation des œuvres. Le mot circulation est important.

Ces objets béninois, sénégalais, burkinabés, il y en a autant besoin dans les diasporas. Aujourd’hui, nous sommes tous de partout. Donc, ces objets doivent avoir un statut qui leur permette de circuler. Et pour cela, il faut fixer des règles.

(…) Mais on est dans la complexité. Il faut comprendre que les Français n’étaient pas en guerre contre l’ensemble des peuples qui forment le Bénin d’aujourd’hui. Ils avaient des alliés qui étaient en guerre, par exemple, contre Abomey. C’est une histoire plus complexe qu’on ne le dit et il ne faut pas la simplifier pour des raisons patrimoniales. Elles restent complexes. Ces objets, partis d’Abomey, peuvent poser problème au Bénin. Les peuples à qui Abomey faisait la guerre, comme les Yorubas – dont beaucoup se sont retrouvés esclaves aux Amériques –, dans la mémoire ancienne et même actuelle, sont fondés à se dire : pourquoi tout ce tapage autour des gens qui nous massacraient ?

Comment « gérer » les restes humains ?

Title: Comment « gérer » les restes humains ? (Article crypté)
Author: Ingrid Perbal
Media Outlet: Le Journal des arts
Publish Date: March 8, 2019

“Le ministère de la Culture et celui de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation viennent de publier un vade-mecum pour aider les lieux qui conservent ces biens d’une nature singulière. Il répond à des questionnements tant juridiques qu’éthiques.”

VAN PRAET Michaël, CHASTANIER Claire (dir.), Les restes humains dans les collections publiques : vade-mecum, Dijon, OCIM ; Editions universitaires de Dijon, 2019, 27 p.

Afrika Haus, en mémoire de la colonisation

Title: Afrika Haus, en mémoire de la colonisation
Author: Valérie Nivelon
Media Outlet: RFI
Publish Date: February 24, 2019

“Les Allemands l’ont oublié, et pourtant le gâteau africain s’est partagé à Berlin à la fin du XIXème siècle. Le chancelier Bismarck réunissait alors les puissances européennes pour organiser les règles de la colonisation. Pendant 35 ans, de 1884 à 1919, l’Allemagne a été un empire qui s’est distingué par la violence de la répression à l’égard des herero et nama de l’actuelle Namibie, puisqu’il s’agit du premier génocide du XXème siècle, mais aussi du Togo, du Cameroun et de vastes territoires dans l’est du continent. Avec Oumar Diallo, directeur de l’Afrika Haus, nous parcourons la ville de Berlin à la recherche de sa mémoire coloniale…”

Sur YouTube, un cinéaste archive le patrimoine audiovisuel algérien

Title: Sur YouTube, un cinéaste archive le patrimoine audiovisuel algérien
Author: Redwane Telha
Media Outlet: France Inter
Publish Date: February 21, 2019

“Il s'appelle Nabil Djedouani, il est franco-algérien et depuis un peu plus de six ans, il s'est mis à collecter des dizaines d'heures d'archives du patrimoine audiovisuel algérien pour les mettre à la disposition de tous sur sa page Facebook et sa chaîne YouTube.

(…) Si Nabil Djedouani s'est lancé dans ce projet, c'est parce qu'à l'heure actuelle, l'Algérie ne dispose pas d'archives audiovisuelles nationales.”